Posted in Bonnes adresses France Nantes Stories

Chronique de confinement : Voyage dans ma cuisine

Chronique de confinement : Voyage dans ma cuisine Posted on 22 avril 2020Laisser un commentaire

Bon, ce n’est pas une nouvelle : nous sommes en confinement (bravo meuf, 6 semaines pour nous pondre ça ?!).

Eh bien oui, peut-être parce qu’un petit « vis ma vie en confinement » ne me semblait pas très intéressant et parce que ce blog porte sur les voyages (et pas un 3515malife) et que… ben les voyages sont en pause ? Et puis finalement, ce blog est à la base aussi mon espace à moi, ma chambre d’ado pas rangée, où j’y mets un peu tout ce que j’ai envie.

Donc, en cette 6e semaine de confinement, j’avais envie de partager quelques trucs qui me font plaisir malgré la période, et qui m’aident un peu à ne pas virer maboule (même s’il m’arrive d’être limite-limite).

Voyage dans ma cuisine, ou quand l’appel de la bouffe est le plus fort

Comme pas mal de monde, j’aime cuisiner, ça me détend, et comme pas mal de monde, je ne prends pas toujours le temps de faire des choses qui en prennent trop. Je suis une adepte du « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? » et de la débrouille avec ce que j’ai dans le frigo, ce qui se termine souvent en salade ou en gratin de légumes (anti-plats industriels, par contre).

Je dois avouer que les premières semaines de confinement ont été une véritable orgie culinaire dans la mesure où je pensais à manger à peu près 4892 fois par jour (si, si, ça fait beaucoup). Et avec une sortie pour les courses toutes les deux semaines, on a tous besoin de réconfort, non ?

On dit d’ailleurs que c’est en temps difficiles (même si encore une fois, on ne nous demande « que » de rester chez nous, mais ceci est un autre sujet) que se révèle la vraie personnalité des gens… Moi, je n’ai pas pris 40 paquets de pâtes et autant de papier toilettes, mais du fromage, du fromage et… encore du fromage, et un peu de légumes pour aller avec, héhé. Autant vous dire qu’avec ce traitement de choc j’ai une peau ma-gni-fique moi maintenant (il n’y a pas que les arbres qui bourgeonnent si vous voyez ce que je veux dire) !

Les réalisations

Culinairement parlant, je suis quand même fière de quelques trucs que j’ai appris à faire pendant le confinement :

– Mon pain (et surtout, SURTOUT, les baguettes apéro au fromage),
– La pâte à pizza (et donc, la pizza mouhahaha)
– La tarte aux fraises (mon dessert préféré de la vie entière),
– La tarte au citron meringuée (petit challenge),
– Le croissant perdu (parce que je n’avais pas de brioche :p).

mais aussi des recettes que j’aime faire d’habitude…

– Les cookies,
– La mousse au chocolat,
– Le gâteau aux pommes sans beurre (ouais, ça c’est pour avoir bonne conscience)

Si les recettes vous intéressent, dîtes-le moi et je les posterais 🙂

Consommer local :
De la réflexion à la mise en pratique, il n’y a qu’un pas

En poussant plus loin le concept du « fait maison », la période me fait surtout sérieusement réfléchir à mon mode de consommation.

Le constat :
Je déteste aller faire mes courses, et pourtant aujourd’hui je suis obligée de laisser le drive de côté (indispo des produits oblige).

Et vous savez quoi ? C’est l’un des meilleurs trucs qui pouvait arriver finalement ! Car j’ai la chance de vivre dans une région maraichère, et j’ai enfin pris le temps de chercher les petits producteurs autour de chez moi (et ils sont légions !).

Au-delà de les soutenir en cette période extrêmement difficile, j’adopte de nouvelles habitudes et ça, c’est bon pour tout le monde :).

Bonnes adresses

Si vous habitez Nantes ou dans les environs, voici quelques bonnes adresses si vous voulez consommer plus local, limiter les intermédiaires et participer à une plus juste rémunération de nos producteurs (pendant et après confinement 🙂 ):

Fruits et légumes :
Les fermes placier, site de Saint-Julien de Concelles ou Saint-Herblain
Les légumes bio de saison, le Loroux-Bottereau
La Fraiseraie, site de Saint-Julien de Concelles
Vite mon marché, livraison sur Nantes et son agglomération

Viandes & Volailles :
La ferme des marais, Haute-Goulaine

Produits laitiers :
Ferme des Coteaux de la Divatte, Barbechat (La Divatte-sur-Loire)
– Ferme de la Gâtine, la Gâtine au Loroux Bottereau
Ferme du Hallay, La Haye-Fouassière

Epicerie Vracs et 0 déchets :
Chez la Voisine, Nantes (quartier Chantenay)
L’atelier du bocal, Le Loroux-Bottereau (et livraison sur Nantes et alentours)

Vins et spiritueux :
La cave des chemins gourmands, Le Loroux-Bottereau
– Domaine Hyvert (Muscadet, vente directe producteur), La Rigolerie au Loroux Bottereau

Côté jardin

En parallèle, nous avons (enfin) entrepris la construction d’un poulailler dans le jardin. Plus qu’à attendre d’y installer nos futures poulettes, que nous espérons pouvoir récupérer via Poules pour tous.
C’est une association qui a pour objectif de sauver les poules pondeuses d’élevages de l’abattoir (sombre histoire de rendement) partout en France. Le petit plus c’est que l’asso est d’origine nantaise !

Enfin, et ça c’est une petite fierté aussi pour moi, j’ai tenté de faire germer des graines de légumes que j’ai récupéré cet hiver. Et bingo, en les bichonnant, ça a marché ! Je me retrouve maintenant avec une centaine de plants qui iront rejoindre le jardin (et les jardins/balcons/bords de fenêtre des copains) d’ici quelques semaines. L’avantage c’est qu’il n’y a pas besoin d’avoir un jardin pour cultiver quelques petites choses chez soi 🙂 !

Et ce sera la conclusion du jour, le confinement aura au moins eu de positif de m’amener gentiment vers une consommation plus raisonnée et sur le chemin de l’auto-suffisance (bon, on en reparle cet été quand mon jardin ressemblera à une jungle :D).

Prenez soin de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *